Démence

Démence

La distinction avec la folie n’est pas toujours évidente à faire lorsque l’on parle de démence, pourtant il s’agit de deux pathologies totalement différentes. La folie est issue des maladies mentales comme la schizophrénie et se caractérise généralement par des idées ou un discours délirant. La démence, elle, résulte d’un lent déclin des capacités cognitives et intellectuelles dû à une maladie, à un choc cérébral ou à la vieillesse.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on compte 50 millions de personnes atteintes de démence dans le monde et il apparaît chaque année près de 10 millions de nouveaux cas.

Reconnaître les symptômes

Les symptômes de la démence sont variés et peuvent ne pas être visibles chez tous les malades en raison de la diversité des causes de démence. Nous pouvons cependant distinguer 7 catégories de symptômes chez les personnes âgées dépendantes :

  • Des troubles de la mémoire : Votre proche a de la difficulté à mémoriser de nouvelles informations, oublie des rendez-vous récents ou perd des objets.
  • Des difficultés dans les usages du quotidien : Votre proche ne se souvient plus comment se servir de certains objets (télécommande, lave-vaisselle etc.). Les tâches courantes peuvent aussi prendre plus de temps et contenir plus d’erreurs (votre proche va ranger les couverts dans le mauvais tiroir par exemple).
  • Des difficultés à planifier et à s’organiser : Les personnes atteintes de démence peuvent avoir de la difficulté à planifier les courses pour le repas du soir, pour un déplacement. Le moindre problème semblera insurmontable et il ne trouvera pas de solution seul.
  • Des difficultés de langage : Votre proche a du mal à trouver ses mots ou les bons mots pour s’exprimer ou présente une tendance à fuir la discussion pour fuir le problème.
  • Des troubles spatiaux temporels : La personne que vous accompagnez perd progressivement ses repères, ne sait plus quel jour nous sommes ou où il se trouve et pourra avoir de la difficulté à s’orienter en extérieur.
  • Des changements de personnalité : dans les extrêmes (peur, agressivité etc.) voir des comportements inhabituels ou inappropriés. Votre proche peut avoir l’impression que sa vie lui échappe ce qui peut en partie expliquer son changement de comportement.
  • Une tendance à l’isolement et un retrait social : car bien souvent il est plus confortable pour lui de rester chez lui et de ne pas se confronter aux autres.

Aidants, face au repli des personnes âgées dépendantes atteintes de démence, nous ne pouvons que vous conseiller de rompre l’isolement et de maintenir le lien social.

Poser le diagnostic

Si vous pensez détecter des signes de démence chez votre proche, prenez rendez-vous avec son médecin de famille. Ce dernier pourra poser un premier bilan et vous rediriger si besoin vers un neurologue, sachez cependant qu’un diagnostic formel ne peut s’établir que par biopsie soit par autopsie. Le dépistage précoce permet de chercher les causes des symptômes et dans certaines situations, un traitement curatif existe.

Si la démence touche principalement les personnes âgées, elle n’est pas une composante normale du vieillissement. En effet, chez les plus de 60 ans, la forme la plus courante de démence est due à la maladie d’Alzheimer, mais la démence peut aussi être causé par d’autres facteurs :

Les maladies

Si la maladie d’Alzheimer concentre la majeure partie des risques de démence chez les plus de 60 ans (autour de 60%), d’autres maladies, plus rares, peuvent également être mises en cause dans les cas de démence, parmi lesquels :

  • La maladie de Parkinson
  • La sclérose en plaque
  • La démence à corps de Léwy
  • La démence fronto-temporale
  • Les anomalies de la fonction thyroïdienne

Aidants, sachez que les démences provoquées par ces maladies ou leurs traitements sont généralement définitives. Des médicaments peuvent atténuer les épisodes démentiels mais pourront induire de nouveaux effets secondaires.

Les lésions crâniennes

Plusieurs études menées entre 2004 et 2014 ont démontré que les lésions crâniennes pouvaient être des causes de démence à l’âge avancé. Ainsi la pratique de certains sports pouvant entrainer des traumatismes crâniens (le football, le rugby, la boxe ou les sports de contact) augmenterait le risque de démence, de même que la répétition d’accidents vasculaires cérébraux.

Aidants, sachez qu’à l’heure actuelle il est impossible de guérir ce genre de démences, cependant des traitements peuvent en atténuer l’intensité, n’hésitez pas à consulter votre médecin de famille.

Le rythme de vie

Certains facteurs portant sur les habitudes de vie ou de consommation seraient à l’origine de risques plus élevés de démence. Ainsi une récente étude conduite par l’OMS et l’Agence Européenne des Médicaments tend à montrer qu’une consommation quotidienne excessive d’alcool (6 verres pour les hommes, 4 verres pour les femmes) aurait des conséquences négatives sur la santé cognitive et multiplierait par 3 le risque de démence. L’étude montre entre autres que 57% des cas de démences précoces (avant 65 ans) seraient directement attribuables à l’alcool.

Mais aussi :

  • Les abus de médicaments et les effets secondaires de certains
  • Les carences en vitamine B12 (que l’on retrouve uniquement dans les aliments d’origine animale)
  • L’hypertension
  • Le cholestérol
  • Le diabète
  • Le tabagisme

De manière générale, un rythme de vie équilibré comprenant un régime alimentaire sain et de l’exercice physique tend à réduire ces facteurs et donc les risques de démence.

 La démence sénile

La démence sénile est une maladie qui touche particulièrement les sujets âgés. Elle affecte l’intelligence, l’humeur et la morale de votre proche, ce qui explique certains comportements inappropriés, tels que le vol, le manque de pudeur, les comportements collectionnistes, la fabulation (le besoin d’inventer et imaginer des choses) ou les changements d’humeur. Malheureusement, les démences dégénératives séniles et pré séniles (avant 65 ans) sont incurables.

Il existe 3 types de démences séniles:

  • La démence sénile dégénérative : Elle représente environ 30 % des cas.
    Son évolution est progressive et se manifeste en premier lieu par des fabulations et fausses reconnaissances. Votre proche peut également déclencher des troubles de mémoire sur des faits récents ou sur ses 20 dernières années, une désorientation temporelle, des troubles psychotiques, des amnésies motrices etc.
  • La démence sénile vasculaire : Elle représente 20 % des cas de démence sénile.
    Vous pouvez alors observer chez votre proche un ralentissement intellectuel, des troubles de la mémoire globale, des troubles de l’humeur et du langage, des troubles du champ visuel, une altération des réflexes et des délires hallucinatoires.
  • La forme mixte : Elle représente 50 % des cas de démence et regroupe les caractéristiques des 2 formes précédentes.

Aidants, afin de vous seconder dans l’encadrement de votre proche atteint de démence sénile, il existe des maisons de retraite spécialisées qui pourront prendre en charge sa perte d’autonomie et sa pathologie.

Mieux vivre avec la démence

Les traitements

Actuellement, aucun médicament ne permet de soigner la démence chez les personnes âgées dépendantes, en revanche, les traitements de la maladie d’Alzheimer peuvent soulager les symptômes, nous retrouvons donc entre autres :

  • Le Donépézil
  • Le Rivastigme
  • La Galantamine

Pour diminuer les troubles de l’humeur, des antidépresseurs et des anxiolytiques peuvent venir en complément. Ces traitements s’accompagnent de nombreux effets indésirables comme l’augmentation des risques cardiovasculaires, des troubles digestifs et des troubles du sommeil.

La place de l’aidant

La prise en charge des personnes âgées dépendantes à domicile, surtout lorsqu’elles sont atteintes de démence, n’est pas toujours simple. En dehors du traitement des symptômes, il est important de réguler et fixer une routine pour votre proche. En effet, ce dernier aura besoin d’un cadre particulièrement stable et calme pour pouvoir conserver un maximum d’autonomie et surtout mieux vivre avec la maladie.

Pour cela, votre rôle d’aidant est indispensable, vous pouvez développer de petites astuces pour favoriser le quotidien de votre proche :

  • Faites des listes détaillées de choses à faire (heure à laquelle le faire, où etc.)
  • Réduisez au maximum le bruit et les perturbations de l’environnement de votre proche, cela peut être source d’anxiété
  • Établissez des routines, cela rythmera la journée de votre proche du levé au couché et réduira le risque de perte de repère et d’anxiété
  • Parlez lentement et distinctement, ne formulez qu’une seule idée à la fois
  • Faites une petite fiche d’identité comportant le nom et l’adresse de votre proche ainsi que votre numéro de téléphone. Cette fiche est particulièrement utile s’il est amené à sortir seul
  • Eliminez les objets inutiles du logement de votre proche afin de le sécuriser un maximum

Aidants, vivre avec une personne atteinte de démence réclame beaucoup d’attention et d’énergie. Dans votre engagement, ne vous oubliez pas, pensez à prendre du répit et à échanger avec d’autres aidants, n’hésitez pas à échanger sur notre forum des aidants.

Quelle aide aux aidants de personnes âgées ? Quelles sont les conditions d’attribution de l’APA ? Quels sont les besoins des personnes âgées à domicile ? Autant de questions que les aidants familiaux se posent sans forcément trouver de réponses malgré parfois de très longues recherches ! Sur l’Atelier des Aidants, vous avez enfin accès à un portail unique qui centralise tout ce que vous recherchiez, informations comme actualités, qui vous donne accès à un forum des aidants ainsi qu’à un espace personnel pour vous aider à bien vous organiser.