Bien choisir sa maison de retraite

Bien choisir sa maison de retraite

Quand le maintien à domicile de votre proche en perte d’autonomie n’est plus la solution à privilégier, il existe plusieurs solutions de maisons de retraite et de résidences spécialisées. Aidants, il est très important de prendre le temps, de comparer, de visiter, pour faire le bon choix.

Il existe plusieurs types d’hébergements :

Les résidences-autonomie

Les résidences-autonomie sont des établissements publics ou à but non lucratif proposant des logements privatifs (T1 à T2 en général) ainsi que des espaces communs partagés : salles d’animations, de loisirs, restaurant… Ces résidences sont au cœur des villes, proches des commerces, de services divers et des transports. Elles accueillent en moyenne une cinquantaine de résidents seuls ou en couples.

Dans ce type de résidence, votre proche a accès à un environnement sûr, à des services collectifs de restauration, de ménage ou autre, tout en gardant un loyer modéré.

Aidants, sachez que pour la plupart, elles ne couvrent pas les soins médicaux.

Quelles sont les conditions d’entrée ?

Les résidences-autonomie sont réservées en priorité aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie évaluée en GIR 5 ou 6.

Pour les personnes en situation de handicap ou ayant moins de 60 ans, une dérogation peut être accordée au cas par cas.

Pour les personnes en GIR 4, il faut que la résidence ait signé une convention avec un EHPAD et un service de soins à domicile. (SSIAD, SPASAD, centre de santé ou professionnel indépendant).

Quelles sont les aides ?

Pour l’aider à financer son hébergement en résidences-autonomie, votre proche peut bénéficier de l’APA, l’ASH, l’APL si l’établissement est conventionné ou l’ALS pour les autres établissements. Ces aides peuvent être cumulées.

Vous pouvez consulter nos articles détaillants chacune de ces aides :

Pour connaitre les résidences proches de chez vous ainsi que les grilles tarifaires, vous pouvez consulter l’annuaire ici. 

Les résidences services

Les résidences services ressemblent aux résidences-hébergement mais ne proposent pas les mêmes services. Gérés par des structures privées, les résidents peuvent être locataires ou propriétaires. Les tarifs d’hébergement sont fixés au prix du marché et comprennent le loyer, les charges ainsi que l’abonnement à des services « à la carte » selon les besoins et les envies de la personne résidente.

Il n’y a pas de critères d’admission mais il faut savoir qu’elles ne sont pas habilitées médicalement. En général, elles ne sont pas adaptées pour des personnes dépendantes.

Quelles sont les aides ?

Vous pouvez bénéficier de :

(sous les conditions habituelles)

Vous pouvez bénéficier des aides au logement comme :

En revanche, n’étant pas à vocation sociale, ce type de résidence ne permet pas d’obtenir l’ASH.

Les EHPAD

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sont des maisons de retraite médicalisées en grande majorité. Certains EHPAD existent pour les personnes en perte d’autonomie sans besoin de soins quotidiens.

Elles proposent des chambres individuelles avec une salle de bain privative dans la plupart des cas ainsi qu’un service de restauration et d’animation.

Les EHPAD s’occupent de l’entretien et du nettoyage de l’ensemble des bâtiments, des repas, de la pose et l’entretien de la literie et du linge de toilette, de l’organisation des activités intérieures et extérieures.

Certains EHPAD peuvent aussi proposer l’entretien du linge personnel des résidents, des prestations coiffures…

A noter que certains EHPAD proposent des chambres doubles ou des chambres communicantes pour les couples ou les personnes qui acceptent de partager leur chambre.

Quelles sont les conditions d’entrée ?

Pour être accueilli en EHPAD, il faut avoir au moins 60 ans et être dépendant : personne en fauteuil roulant, personne atteinte de la maladie d’Alzheimer…

Cependant, certains départements peuvent accorder des dérogations pour l’admission de personne de moins de 60 ans en EHPAD.

Quelles sont les aides ?

Pour aider votre proche à financer votre hébergement en EHPAD, il peut bénéficier de l’APA pour la partie liée à la dépendance (pour les personnes en GIR 1-2 et 3-4), l’ASH si l’établissement est habilité à l’aide sociale, l’APL ou l’ALS pour une partie de la facture liée à l’hébergement.

Ces aides peuvent être cumulées.

Vous pouvez consulter nos articles détaillants chacune de ces aides :

Comment faire la demande ?

Quel que soit le type d’EHPAD qui vous intéresse, il faut remplir un dossier national unique d’admission.

Vous pouvez télécharger tous les documents sur le site servic-public.fr ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R17461.

Deux volets sont à remplir : un par la personne dépendante et un par le médecin traitant.

Attention : aidants, sachez qu’il est préférable de faire une demande dans plusieurs EHPAD en même temps. De nombreux établissements manquent de place et ont des listes d’attente.

Pour trouver un EHPAD et consulter sa grille tarifaire, rendez-vous sur l’annuaire http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/resultats-annuaire?service=hebergement.

Les USLD

Les unités de soins de longue durée (USLD) sont des établissements hospitaliers pour des personnes ayant besoin d’une surveillance médicale constante.

Comme pour les EHPAD, les USLD prennent en charge les tâches et besoins quotidiens et fournissent en plus une coordination hospitalière des soins.

Le résident doit payer l’hébergement ainsi qu’un tarif dépendance correspondant à son GIR. Le coût des soins sont pris en charge par l’assurance maladie.

Quelles sont les conditions d’entrée ?

La plupart du temps, une personne intègre une USLD suite à une hospitalisation ou après un passage en service de soins et de réadaptation mais une admission depuis son domicile est possible.

Quelles sont les aides ?

Pour aider votre proche en perte d’autonomie à financer les frais de l’USLD, vous pouvez bénéficier de l’APA en établissement pour la partie liée à la dépendance (pour les personnes en GIR 1-2 et 3-4), l’ASH, ainsi que l’APL ou l’ALS pour la facture en relation avec l’hébergement.

Ces aides peuvent être cumulées.

Vous pouvez consulter nos articles détaillants chacune de ces aides :

Les accueillants familiaux

Dispositif encore peu connu, l’accueil familial permet à des personnes âgées, qui ne veulent plus ou ne peuvent plus vivre seules, de partager leur vie avec une ou plusieurs autres personnes qui ne sont pas ses proches aidants.

Ces accueillants familiaux sont agréés par le conseil départemental qui contrôle plusieurs points :

  • la qualité d’un logement adapté,
  • la sécurité et le bien-être des personnes,
  • une formation pour les accueillants,
  • un suivi régulier par les services du département.

Suite à cela, ils peuvent accueillir une personne seule ou en couple et permettre ainsi à ces personnes de retrouver une vie familiale et stimulante.

Les accueillants peuvent être rémunérés directement par la personne accueillie dans le cadre d’un contrat spécifique ou être salarié d’un organisme spécialisé.

Cet accueil peut être temporaire, permanent, à temps plein ou partiel

Bon à savoir : un accueillant familial ne peut pas avoir de lien de parenté avec la personne accueillie.

A quoi s’engagent les accueillants familiaux ?

L’accueillant intègre la personne dans sa vie de famille tout en prenant en compte ses besoins et ses envies. Il lui procure un hébergement, prend en charge l’entretien de ses effets personnels et s’occupe des repas. Il doit notamment : mettre à disposition une pièce de 9m² minimum pour une personne et 16m² pour un couple, des équipements adaptés à la personne accueillie, une salle d’eau et des toilettes privées ou partagées, un moyen de communication d’urgence en cas de besoin.

La personne accueillie a accès aux pièces communes et partage les repas avec les autres membres de la famille. L’accueillant assure un accompagnement pour les actes du quotidien (lever, coucher, toilette…), il doit aussi permettre à la personne accueillie de sortir et de continuer ses activités.

Comment faire une demande d’accueil ?

Vous devez vous adresser au conseil départemental ou à un point d’information local dédié aux personnes âgées.

Un contrat conforme au modèle national devra être établi.

Vous pouvez trouver leurs coordonnées via l’annuaire : http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/resultats-annuaire?service=point-information

Combien coûte cet accueil ?

Le coût de l’accueil familial dépend de plusieurs facteurs :

  • le nombre de jours d’accueil,
  • la rémunération selon les services rendus,
  • les indemnités de congés pour l’accueillant,
  • l’indemnité de sujétions particulières si le niveau de dépendance implique une forte présence de l’accueillant,
  • l’indemnité pour l’occupation d’une partie du logement,
  • les frais divers d’entretien (comme la nourriture, le linge…)

Même si ces montants sont à négocier entre l’accueillant et la personne dépendante, ils sont encadrés par la loi.

Quelles sont les aides ?

Pour vous aider à financer votre hébergement en accueil familial, vous pouvez bénéficier de l’APA, de l’ASH, de l’APL ou de l’ALS. Ces aides peuvent être cumulées.

Vous pouvez consulter nos articles détaillants chacune de ces aides :

Aidants, besoin de partages d’expériences pour bien choisir l’établissement de votre proche ? N’hésitez pas à vous retrouver sur notre forum d’aidants.

Quelle aide aux aidants de personnes âgées ? Quelles sont les conditions d’attribution de l’APA ? Quels sont les besoins des personnes âgées à domicile ? Autant de questions que les aidants familiaux se posent sans forcément trouver de réponses malgré parfois de très longues recherches ! Sur l’Atelier des Aidants, vous avez enfin accès à un portail unique qui centralise tout ce que vous recherchiez, informations comme actualités, qui vous donne accès à un forum des aidants ainsi qu’à un espace personnel pour vous aider à bien vous organiser.