concertation-nationale-autonimie-grand-age

Les résultats de la concertation nationale sur le grand âge et l’autonomie

Le 5 décembre dernier, la phase de vote de la consultation nationale sur le grand âge et l’autonomie s’est terminée. Cette première étape a été marquée par une participation très active, vous avez, en effet, été près de 415 000 à donner votre avis sur plus de 18 000 propositions.

Si les votants étaient principalement des femmes (62 %), on remarque en revanche que la question mobilise toutes les classes d’âge, en particulier les jeunes entre 16 et 24 ans (23 %) et les seniors (26 %). Un constat rassurant qui montre bien que le sujet concerne l’ensemble de la population, au travers même des générations.

C’est sur la base de cette première phase que doivent se dérouler des groupes de discussion, entre votants et membres du gouvernement, afin d’établir les futures propositions de loi. L’Atelier des Aidants vous propose de regarder ensemble les résultats de cette enquête.

Des préoccupations diverses

La consultation a permis de mettre en avant 3 problématiques majeures qui devront donc être discutées et faire l’objet de mesures de la part du gouvernement.

Améliorer les conditions de vie et de travail des accompagnants

La question des aidants devrait prochainement revenir sur le devant de la scène politique. En effet, les conditions de vie et de travail des personnes en charge de l’accompagnement des seniors sont définies comme une priorité centralisant 27 % des propositions.

Les 67 542 votes exprimés sur le sujet mettent en avant différentes solutions, comme des avantages fiscaux et financiers pour les aidants accueillant un senior dépendant, un renforcement de la formation, mais aussi une meilleure reconnaissance des aidants (7 %) et des professionnels de santé (20 %). Pour ces derniers, des mesures comme la revalorisation des salaires et davantage d’embauches sont attendues.

Améliorer les lieux de vie des personnes âgées

La deuxième thématique qui ressort de cette étude concerne les lieux de vie des seniors. Consécutivement à la crise des EHPAD, vous avez été 121 653 à vous prononcer sur le sujet. Les demandes et propositions concernent majoritairement l’amélioration des conditions de vie dans les EHPAD (13 %), l’augmentation du personnel, sa formation et un meilleur contrôle de la part de l’État.

Autre tendance, le renforcement du maintien à domicile (7 %), avec des propositions sur le développement de solutions innovantes, d’offres de service à domicile et d’adaptation des logements. La ministre des Solidarités et de la Santé, Mme Agnès Buzyn a d’ores et déjà annoncé qu’il s’agirait d’un axe prioritaire.

Faciliter la vie quotidienne des seniors

Enfin, la troisième grande préoccupation est plus globale et s’intéresse à la vie quotidienne des aînés (18 %). Les votants souhaitent repenser l’accueil des personnes âgées, avec des structures à taille humaine et des prestations diversifiées. Les services de soins et de santé sont aussi concernés par la volonté d’un meilleur accompagnement centré sur la bienveillance. Enfin, l’adaptation de la ville, des logements, des transports et des infrastructures au grand âge est également mise en avant sous la forme d’urbanisme inclusif et immersif, afin d’éviter l’isolement et le cloisonnement de nos aînés.

Des solutions qui doivent venir de l’État

Les solutions plébiscitées vont toutes dans le même sens : une plus grande intervention des pouvoirs publics (27 %). Elles concernent :

  • le renforcement de la régulation et de la réglementation autour des établissements d’accueil pour personnes âgées, en particulier ceux à but lucratif,
  • l’allocation de moyens supplémentaires pour en couvrir les frais ou financer le maintien à domicile,
  • l’amélioration de la formation des aidants et personnels soignants
  • la mise en place de campagnes de sensibilisation du grand public aux problématiques du vieillissement.

De même, concernant le financement de la dépendance, la porte semble ouverte pour la création d’un cinquième risque de la sécurité sociale. Au contraire, l’intervention des banques et des assurances est une idée qui a majoritairement été repoussée par les votants (43 % contre dont 28 % surtout pas).

 

Aidants, n’hésitez pas à donner votre avis sur les résultats de cette étude en laissant un commentaire sur notre page Facebook.

Partagez cet article