portrait aidant véronique

Portrait d’aidant : Véronique

Si vous êtes un fidèle de l’émission « les 12 coups de midi » sur TF1, vous n’êtes sûrement pas passé à côté de la charmante Véronique. Éliminée l’année dernière après plus d’une centaine de participation, la championne (troisième au classement historique de l’émission) participait avant tout pour améliorer le quotidien de son conjoint Olivier dont elle est également l’aidante.

« Il est atteint d’une maladie génétique appelée adrénomyéloneuropathie »

Très discrète sur sa vie privée, Véronique ne l’évoque que pour sensibiliser à la pathologie de son compagnon.

Il est atteint d’une maladie génétique appelée adrénomyéloneuropathie. C’est une maladie dégénérative qui détruit progressivement la myéline qui est la gaine des nerfs. Lorsque j’ai connu mon mari il y a une vingtaine d’années, il boitillait un peu puis il s’est retrouvé avec une béquille et pendant 5-6 ans il était en fauteuil roulant.

Très pudique, la candidate a de la difficulté à parler de son quotidien, pourtant, cette mère de deux enfants a dû quitter son travail à La Poste pour soutenir son mari dans la maladie. Une réalité qu’elle partage malheureusement avec de nombreux aidants.

Au tout début, je pouvais encore travailler à mi-temps mais l’état de santé d’Olivier s’est dégradé donc j’ai dû arrêter mon boulot.

Même durant le tournage de l’émission (qui a duré plus de 4 mois) Véronique n’en délaisse pas son rôle d’aidant familial.

Les enregistrements se passaient du lundi au jeudi donc je rentrais le jeudi soir et puis pendant le week-end, je faisais la lessive, les courses, le ménage et je repartais le dimanche. Mon mari a été hospitalisé en même temps que ma participation donc ça faisait un souci de moins à gérer pour moi.

« Je vais acheter une nouvelle maison »

S’il lui a été parfois difficile de quitter conjoint et enfants, Véronique sait qu’elle participe pour faciliter le quotidien de son mari handicapé. En effet, ses gains servent en priorité à améliorer son confort de vie.

Au départ, je prenais ce qu’il y avait, j’étais très contente et j’ai pris confiance en moi. J’ai participé à l’émission pour pouvoir rembourser la voiture de mon mari. Fin 2017, il avait acheté une voiture adaptée à son handicap mais elle a coûté plus de 35 000 euros. Dès les premières émissions, j’ai pu la rembourser donc j’étais très heureuse et puis après, on se met à espérer pour aller le plus loin possible.

Suite son élimination de l’émission en juillet 2018, les gains de la championne sont estimés à près de 450 000 €. Une somme qu’elle compte mettre à profit pour emménager dans une maison de plain-pied, bien plus pratique pour son compagnon en fauteuil roulant.

Actuellement, on est dans un appartement, au premier étage. Quand l’ascenseur est en panne ou en maintenance, mon mari est coincé. Le quartier dans lequel je recherche est un peu coté, et pour acheter la moindre maison c’est 350 000 €. Donc quasiment toute ma cagnotte va y passer. 

Nous n’avons depuis lors plus de nouvelles de cette femme si discrète, mais nul doute que ses gains ont pu lui rendre le quotidien un peu plus doux.

Si ce portrait vous a touché, n’hésitez pas à partager vos commentaires sur notre page Facebook.

Partagez cet article