portrait aidant joe mantegna

Portrait d’aidant : Joe Mantegna, papa et aidant de Mia, 32 ans et autiste

Star américaine connue pour son incarnation de David Rossi dans la série Esprits criminels (TF1), Joe Mantegna est également engagé en faveur de l’autisme au sein de plusieurs associations.

Touché de près, l’acteur est en effet le papa de Mia, 32 ans et autiste.

« On se sent seul et impuissant »

Joe et Arlène Mantegna découvrent l’autisme de leur fille aînée en 1990, alors qu’elle n’a que 3 ans. L’annonce est pour eux un vrai choc, d’autant plus que le sujet n’était pas aussi librement abordé qu’aujourd’hui.

Je me souviens que ma femme et moi nous nous sentions abasourdis, parce que tout d’abord, c’était un mot dont on n’avait pas beaucoup entendu parler. Après vous avez deux choix : soit vous vous plaignez, soit vous abordez le problème en face et vous décidez de l’accepter.

C’est cette deuxième option que choisit le couple pour aller de l’avant. Le résultat de leur engagement est plutôt positif puisque Mia travaille aujourd’hui dans le restaurant de sa maman où elle aide à la comptabilité. Intéressée par le maquillage, la jeune femme est également diplômée d’une école de stylisme.

« Il faut parler de cette maladie pour faire avancer les choses »

Sensibilisé à l’autisme, Joe Mantegna décide de ne pas se contenter d’aider sa fille et s’engage même auprès de nombreuses associations et œuvres de charité en faveur de l’autisme et du handicap de manière générale.

Il y a vingt ans, les choses étaient différentes. […] C’est pour cela que j’avais demandé que la Maison-Blanche soit allumée en bleu pour la Journée de l’autisme […] il faut parler de cette maladie pour faire avancer les choses.

Aujourd’hui, la cause de l’autisme est de mieux en mieux prise en compte aux États-Unis, étant donné l’explosion du nombre d’enfants qui en sont victime. La prévalence de l’autisme est en effet passé de 1 sur 5 000 en 1975 à 1 sur 59 en 2018, à noter tout de même que l’autisme était largement inconnu en 1975 et donc largement sous diagnostiquer par rapport à aujourd’hui, ce qui explique en partie cet incroyable écart.

Partagez cet article