Handicap : une priorité pour la présidence Macron ?

Le 6 juillet dernier, le couple présidentiel recevait à l’Elysée des enfants autistes, évènement  inaugurant le lancement du 4ème plan d’autisme. Alors que la question du handicap a très peu intéressée les candidats à l’élection présidentielle, ce qu’ont déploré les associations œuvrant auprès des personnes handicapées et les associations d’aidants, il semble que le Président de la République souhaite en faire dorénavant l’une des priorités du quinquennat.

Analyse.

Handicap : les promesses du quinquennat

Au cours de sa campagne, le Président de la République Emmanuel Macron a réalisé un certain nombre de propositions concernant le handicap que nous vous invitons à retrouver :

  • "Accroitre la participation à la vie sociale aux personnes en situation de handicap" : le candidat voulait entre autres favoriser les solutions d'accessibilité dans les organismes publics, organiser des journées de sensibilisation dans les écoles primaires ou les collèges ou encore optimiser les services de tutelle.

  • "Améliorer la vie au quotidien pour chacun" : revalorisation de l'AAH, évaluation des établissements médico-sociaux ou encore création d'auxiliaire de vie scolaire pour tous les enfants en situation de handicap... Le candidat Macron désirait aussi permettre aux personnes en situation de handicap de mieux vivre au quotidien.

  • "Améliorer l'accès à l'emploi des personnes en situation de handicap" : Emmanuel Macron avait également fait de la lutte contre la discrimination l'un des éléments phares de son programme concernant le handicap. Ses propositions reposaient sur des opérations de contrôle au sein des entreprises, une labellisation spécifique pour les formations pour personnes handicapées ou encore le développement des initiatives de tutorat.

  • "Engager un effort particulier sur la prévention, les soins primaires ainsi que la recherche" : formation des médecins aux spécificités de l'examen de la personne handicapée, financement pour le développement d'appareils innovants ou encore évaluation des prises en charge des handicaps faisaient également partie des promesses du candidat.

  • "Aider les aidants" : enfin, le candidat tenait à proposer aux aidants familiaux de nouvelles mesures afin de les aider à mieux vivre leur rôle d'aidant. Il s'agissait ainsi de mieux accompagner et former les aidants et de prendre en compte leur situation dans le calcul de l'âge de leur départ à la retraite.

LIEN | Retrouvez toutes les propositions du mouvement En Marche concernant le handicap.

De manière générale, le candidat Macron avait pour ambition de placer le handicap au centre des actions du gouvernement, afin d’intégrer les associations représentant les personnes en situation de handicap au cœur des discussions sur le handicap.

Que reste-t-il de ces promesses ?

Handicap : les actions menées depuis l'élection

Revalorisation de l’AAH et annonce du 4ème plan d’action d’autisme, voilà deux actions qui ont fait parler d’elles début juillet. Alors que le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé une revalorisation dès 2018 de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse, mesure très attendue, le Président de la République a pour sa part inauguré le début de la concertation du quatrième plan d’autisme 2018-2022. L’objectif de ce plan est de permettre à 9 000 enfants autistes d’être mieux accueillis alors qu’ils sont aujourd’hui souvent obligés de partir en Belgique où les établissements sont plus adaptés. Faisant de la question du handicap un débat central à peine plus de 2 mois après son élection, force est de constater que le Président de la République donne l’impression de vouloir tenir son engagement.

De son côté, Brigitte Macron pourrait elle aussi s’investir sur la thématique du handicap tout au long du quinquennat. La première dame a multiplié ses déplacements auprès d’acteurs clés du secteur. Elle s’est par exemple rendue à Villeurbanne pour rencontrer Sarah Da Silva Gomes, fondatrice de la marque Constant & Zoé.

Cette start-up, spécialisée depuis plus de 2 ans dans la confection de vêtements et d’accessoires pour les jeunes en situation de handicap, a ainsi pu faire découvrir son univers à Brigitte Macron. Loin des caméras des journalistes, cette-dernière a échangé avec des personnes en situation de handicap ainsi que leurs aidants familiaux. L’enseignement et le handicap étant deux sujets qui l’intéressent particulièrement, elle pourrait s’y consacrer pleinement et offrir plus de visibilité à ces thématiques.

Affaire à suivre.

Handicap : 2 chantiers clés qui attendent des réponses rapides et concrètes

Alors qu’Emmanuel Macron a réitéré sa volonté de faire du handicap l’une des priorités du quinquennat, parlant même de “défi de civilisation à relever”, le nombre de problématiques à régler reste élevé. Les associations, les aidants et les personnes en situation de handicap attendent désormais beaucoup du Président de la République, notamment sur deux sujets.

  • L'accessibilité et l'handinorme : il s'agit sans aucun doute du challenge le plus conséquent qui attend l'équipe du Président de la République. En 2005, la "Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" prévoyait qu'à l'horizon 2015, tous les établissements recevant du public (ERP) devaient être accessibles à toutes les personnes en situation de handicap, quel que soit la nature de leur handicap. Les ERP avaient jusqu'à 2015 pour se mettre aux normes ou demander un délai supplémentaire pour effectuer ces aménagements. Deux ans plus tard, cette réglementation n'est que trop peu respectée dans l'hexagone. Ainsi, 10% des ERP n'ont entrepris aucune des deux démarches afin de rendre leurs locaux accessibles et 63% restent encore inaccessibles pour les personnes en situation de handicap. 40% des établissements publics quant à eux sont encore en retard dans leurs travaux d'accessibilité.

  • L'insertion scolaire et professionnelle : autre enjeu pour faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap et celui de leurs aidants proches, l'insertion scolaire et professionnelle. Alors que sur les 10 dernières années, le nombre d'enfants en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a augmenté de 80%, ce pourcentage ne témoigne pas de la réalité. Beaucoup d'enfants qui devaient être accueillis dans des établissements spécialisés se retrouvent faute de place en milieu ordinaire ce qui gonfle ce pourcentage. Les enfants sont donc placés dans des structures non adaptées à leurs besoins, face à un corps enseignant non formé.

L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap est elle aussi un enjeu de taille auquel va devoir faire face le gouvernement. En 2015, 43% des personnes handicapées sont actives, c’est-à-dire que 35% sont en emploi et 8% sont au chômage. Elles ont donc “trois fois moins de chances d’être en emploi que les personnes non handicapées et deux fois plus de chances d’être au chômage” selon le Ministère du Travail. Elles sont aussi “plus nombreuses que les autres à évoquer un licenciement autre qu’économique” et leurs périodes de chômage sont plus longues. Travaillant à temps partiel majoritairement, étant en situation de sous-emploi et occupant des postes d’ouvrier non qualifié, les personnes en situation de handicap ainsi que leurs aidants attendent beaucoup des solutions que doit trouver le gouvernement.

Bien évidemment, d’autres grands défis attendent le Président de la République concernant le handicap. Ce dernier doit aujourd’hui se montrer à la hauteur des engagements qu’il a pris auprès des 12 millions de Français en situation de handicap ainsi que de leurs aidants familiaux.

Sources.

Chiffres accessibilité : Les Echos | Caisse des dépôts des territoires
Chiffres travailleurs handicapés : Ministère du Travail
Crédits photo : France Info.

Partagez cet article