handicap-emploi

Le dossier de l’emploi des personnes porteuses de handicap

A travers la voix de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat, le gouvernement veut revoir le système de quotas d’emploi pour les personnes porteuses de handicap et faciliter les démarches administratives pour l’employeur.

Revoir le système de quota

Après 30 ans d’existence, les entreprises n’arrivent toujours pas à atteindre le quota actuellement exigé (6%) et plafonnent en moyenne à 3,5% d’employés porteurs de handicap.

Si l’existence des quotas n’est pas remise en cause, il est important d’opérer des changements. Mme Cluzel a déclaré : « Nous discuterons avec les branches professionnelles, peut-être que certaines filières sous tension pourraient faire mieux, certains bassins d’emploi aussi. »

Simplifier l’administratif

La secrétaire d’Etat a aussi mis en avant sa volonté de simplifier la déclaration d’emploi pour les employeurs engagés sur le handicap. A l’heure actuelle, la gestion administrative à charge de l’employeur pour ses employés en situation de handicap est très lourde, ce qui peut naturellement rebuter certaines entreprises.

Sophie Cluzel souhaite aussi « promouvoir l’emploi direct » notamment en changeant certaines dérogations qui permettent actuellement aux employeurs de justifier d’un plus haut quota sans embauche supplémentaire.

Agefiph et le FIPHFP dans la ligne de mire

La cour des comptes a récemment pointé du doigt de nombreux problèmes. Elle mentionne notamment dans son rapport, un retard conséquent dans le traitement des déclarations ; des déclarations qui sont pour la plupart non conformes.

De plus, ces institutions ont aujourd’hui des frais de gestion trop élevés et accordent souvent des exonérations qui soulèvent des questions.

Il y a un manque important de contrôle et un déficit qui se creuse au fil des ans, un problème qu’il faut vite régler. En effet, une réforme rapide est incontournable afin de permettre plus d’actions au bénéfice de l’emploi des personnes porteuses de handicap.

La ministre Muriel Pénicaud a affirmé sa volonté d’agir en ce sens : « Je veux faire de l’emploi handicapé un vrai levier de la responsabilité sociale d’entreprise, en faire surtout une démarche positive et pas seulement une charge financière aux yeux des employeurs ».

Ainsi, Mme Cluzel a annoncé : « Nous ferons des propositions concrètes en mars-avril sur l’obligation d’emploi et la contribution ».

Qu’attendez-vous de ces prochaines annonces ?

 

Partagez cet article