Flash santé SEPTEMBRE

Flash Santé du mois de septembre

despistage-trisomie

Un espoir de traitement contre les principaux effets de la trisomie 21

Des chercheurs de l’Université de Fribourg ont découvert un mécanisme responsable de l’altération du métabolisme des personnes atteintes de trisomie 21. Ils ont en effet mis au jour le fait que leurs cellules étaient « empoisonnées » par un excès de sulfure d’hydrogène. Si ce gaz est utilisé par ailleurs par le corps, des quantités trop importantes peuvent nuire aux cellules.

Les chercheurs vont même plus loin en constatant un retour à la normale de ces cellules en supprimant la production de ce gaz. “Si nous extrapolons ceci aux neurones, nous pouvons espérer que l’inhibition d’une partie de la production excessive de sulfure d’hydrogène pourrait améliorer la fonction neuronale et cognitive des personnes atteintes par le syndrome de Down” confit un des chercheurs.

Source : swissinfo

Les traitements contre la ménopause augmentent le risque de cancer du sein, même 10 après.

Il y a quelques années, des équipes scientifiques avaient déjà démontré que les traitements contre les effets de la ménopause (bouffée de chaleur, prise de poids, irascibilité, etc.) augmentaient le risque de cancer du sein. De nouveaux résultats viennent appuyer ces études et révèlent que l’arrêt des traitements ne parvient pas à faire baisser ce risque même 10 ans après.

En France, une augmentation de près 40% de ce risque est observé avec la prise d’un traitement contenant un progestatif de synthèse en plus des œstrogènes.

Source : sciences et avenir 

L’effet protecteur des produits laitiers contre les maladies chroniques

Une récente étude sur le rôle des produits laitiers dans la lutte contre les maladies chroniques confirme leur effet préventif contre certaines pathologies comme la sarcopénie et le déclin cognitif des personnes âgées, l’ostéoporose, mais aussi contre certains cancers comme le cancer colorectal ou les cancers de la vessie et de la prostate.

Les produits allégés en matières grasses pourraient également mieux prévenir les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.

Source : santélog 

hepad

Quand la fragilité n’est plus une fatalité

Pendant longtemps nous avons cru que la fragilité était un état pathologique normal, conséquence du vieillissement. Une équipe australienne vient de balayer ce préjugé en démontrant qu’il s’agissait en faite d’une maladie à part entière (et donc réversible).

Des résultats complémentaires montrent une plus grande vulnérabilité des femmes. Les chercheurs appellent donc à un dépistage plus régulier chez les populations à risques et à la mise en place d’interventions appropriées pour faire reculer cette pathologie nouvellement identifiée.

Source : santélog

senior-fourchette

Végétariens et végans présentent un risque plus élevé d’AVC

Une étude portant sur plus de 48 000 personnes et une période 18 ans tend à démontrer le rôle protecteur des produits d’origines animale contre les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC). Parue dans le British Medical Journal, elle précise en effet, que les végans et végétarien présentaient un risque certes plus faible de développer des maladies coronariennes (- 22 %), mais plus élevé (+ 20 %) de déclencher un AVC.

La faute au manque de vitamine B12 confirment les chercheurs. Les végétariens présenteraient un taux de cholestérol plus bas, une tension et un diabète moins important que les mangeurs de viande. Autant de facteurs à risque dans la survenue d’un AVC. Heureusement des compléments alimentaires peuvent venir combler les carences et donc réduire le risque.

Source : Sciences et avenir

Partagez cet article