flash-sante-septembre-atelier-aidants

Flash Santé du mois de septembre

La télémédecine remboursée… sous certaines conditions

À partir du 15 septembre, l’assurance maladie rembourse la télémédecine. Si les remboursements sont les mêmes que pour une consultation classique, 2 conditions viennent en réglementer l’usage et le remboursement. Il vous faudra ainsi respecter le parcours de soins, et avoir déjà consulté physiquement le médecin en question sur les douze derniers mois.

Cette mesure aurait vocation à privilégier la télémédecine pour des consultations avec des praticiens déjà connus par le patient et ainsi d’éviter les sur-consultations.

Lire l’article complet sur le site : www.quechoisir.org

Une nouvelle molécule pour lutter contre la dépendance aux opioïdes

Initialement utilisés comme antidouleur, les opioïdes et ses dérivés sont de plus en plus consommés en dehors des protocoles de soins en raison du développement d’une forte dépendance. On estime ainsi que plus de 60 000 américains seraient morts d’une overdose de morphine en 2016.

Pour lutter contre cette dépendance, des chercheurs ont mis au point un nouveau produit dont les effets sont similaires, mais sans qu’aucune dépendance n’ait pu être observée. Des études complémentaires doivent avoir lieu afin d’identifier les interactions ou effets secondaires avant la mise en place des premiers essais cliniques sur les humains.

Lire l’article complet sur le site : www.sciencepost.fr

La zone du cerveau responsable des douleurs de la maladie de Parkinson est enfin identifiée

Certaines personnes atteintes de la maladie de Parkinson font état de douleurs inexpliquées et non liées à la maladie : sensation de brûlure, fourmillement, picotement dans les membres, etc.

Une équipe de chercheurs vient d’identifier la cause de ces sensations, il s’agirait en effet d’un dysfonctionnement du traitement de la douleur dans une zone particulière du cerveau : le noyau sous-thalamique. Cette zone joue sur la perception plus ou moins forte de douleurs, ce qui explique qu’un dérèglement provoque cette sensation. La stimulation cérébrale profonde parvient à atténuer ces douleurs ressenties.

Lire l’article complet sur le site : www.sciencesetavenir.fr

Le retour en France de maladies disparues

Nous les pensions disparues depuis longtemps et pourtant certaines maladies très anciennes refont leur apparition en France : la gale, le scorbut, la tuberculose, la rougeole, etc.

Ce retour inattendu s’explique en partie par des refus de vaccinations, mais aussi par une certaine précarité.

Lire l’article complet sur le site : www.pourquoidocteur.fr

Vers un traitement pour la sclérose en plaques progressive

Si seulement 15 % des malades sont concernés par la forme progressive de la sclérose en plaques, aucun traitement ne permettait de bloquer son évolution et donc de contrer la maladie… jusqu’à aujourd’hui.

En effet, une équipe de chercheurs américains a annoncé des résultats significatifs lors de l’utilisation de l’ibudilast (utilisé au Japon depuis 1989 dans le traitement de l’asthme et des AVC).

Bien que les effets secondaires soient importants, ce médicament a permis une réduction de la progression de la maladie de l’ordre de 48 % chez les patients administrés.

Des recherches complémentaires sont en cours pour essayer de diminuer les effets indésirables du traitement et le lancer en troisième phase de test.

Lire l’article complet sur le site : www.pourquoidocteur.fr

Produire du sang universel : c’est possible !

Depuis de nombreuses années, les chercheurs tentent de produire du sang universel. Ce type de sang est, en effet, parfaitement assimilé par le corps quel que soit son groupe sanguin d’origine. Malheureusement, le nombre de personnes de type O est très rare et ne suffit pas à répondre à la demande croissante de sang.

Ce problème pourrait être résolu grâce aux récentes découvertes des scientifiques canadiens. Ils auraient en effet trouvé une molécule capable de purifier le sang des autres groupes sanguins (A, AB et B) afin de les transformer en sang universel de type O.

Des tests sont en cours pour évaluer d’éventuels effets secondaires ou rejets. S’ils sont concluants, cela permettrait d’avoir de plus grandes réserves de sang disponibles pour tous et ainsi de sauver plus de vies.

Lire l’article complet sur le site : www.lemonde.fr

Partagez cet article