flash-sante-janvier

Flash Santé du mois de janvier

Quand l’IA détecte Alzheimer

ia-alzheimer

Des chercheurs de l’université de San Francisco ont mis au point une intelligence artificielle capable de détecter la maladie d’Alzheimer par l’imagerie cérébrale.
La machine est tellement perfectionnée qu’elle réussit à repérer la maladie jusqu’à 6 ans plus tôt que les médecins.
Son taux de réussite est pour l’instant compris entre 92 et 98 %. Les chercheurs veulent encore l’améliorer pour prédire la maladie jusqu’à 10 ans avant l’apparition des premiers symptômes.

Source : lebigdatawww.lebigdata.fr

Vers un antibiotique contre Alzheimer ?

antibiotique

Des scientifiques de l’université de Yale ont testé un ancien antibiotique sur des souris ayant développées Alzheimer. Ce dernier aurait donné des bons résultats sur la restauration de la mémoire et même des synapses.
S’il n’est pour l’instant pas question d’en faire un traitement spécifique à la maladie, la découverte des effets de cette famille de produits est intéressante et ouvre de nouvelles perspectives de traitement.
Même si les médicaments sont maintenant dé-remboursés en France, la recherche dans ce domaine n’est pas abandonnée par les laboratoires pharmaceutiques. Plus de 100 molécules font, encore aujourd’hui, l’objet d’essais cliniques.

Source : Atlantico www.atlantico.fr

La pollution mauvaise pour la santé : c’est enfin prouvé

Le centre hospitalier d’Amiens et l’observatoire régional de l’air, ont officiellement mis en évidence le lien entre les épisodes de pollution atmosphérique et l’augmentation des problèmes pulmonaires chez certaines personnes, en particulier celles qui souffrent de BPCO (broncho pneumopathie chronique obstructive).
Les chercheurs espèrent que cette mise en évidence pourra prochainement être prise en compte par les pouvoirs publics et mener à des mesures pour améliorer la qualité de l’air.

Source : 20 minutes.fr www.20minutes.fr

IBM se lance dans les objets connectés pour aider les malades de Parkinson

Après Google et Apple, IBM se lance lui aussi dans les objets de santé. Dernier en date, un capteur biométrique relié à une montre connectée qui se colle à l’ongle et mesure la force de la poigne son porteur pour en évaluer l’état de santé. Il se destine principalement aux malades de Parkinson et d’accidents cardio-vasculaires.
Aucun test n’a pour l’instant été effectué attestant de l’efficacité de cet objet, mais cela démontre une nouvelle fois que la santé connectée intéresse de plus en plus les géants de la technologie.

Source : meilleur mobile meilleurmobile.com

Partagez cet article