viager dependance aidant

Faut-il vendre la maison de votre proche en viager pour financer sa dépendance ?

Lorsque la perte d’autonomie s’installe et que la retraite et les aides ne suffisent plus à financer le maintien à domicile ou ne permet pas l’entrée en EHPAD, vous pouvez être tenté de vous tourner vers d’autres mode de financement. Vous pouvez penser à l’assurance dépendance en prévention, mais aussi tenter d’obtenir une rente en vendant la maison de votre proche en viager.

Le viager est un contrat qui permet à une personne âgée de vendre son logement en contrepartie d’une rente définie à l’avance et versée jusqu’à la fin de sa vie.

Le viager occupé

Dans le cadre du viager occupé, le vendeur (votre proche) fait valoir son droit d’usage et d’habitation sur le logement vendu, c’est-à-dire que même si la vente de la maison (ou de l’appartement) en viager est actée, il continuera de vivre dans le logement aussi longtemps qu’il lui plaira, à défaut jusqu’à son décès.

Cette solution est particulièrement utile si vous souhaitez continuer à vivre chez vous le plus longtemps possible et adapter votre logement à votre perte d’autonomie. En effet, à la vente, votre proche percevra un premier versement correspondant à une certaine proportion du prix de vente (le bouquet), lequel pourra servir à financer des aménagements coûteux comme l’achat d’un lit médicalisé. Ensuite, il percevra tout les mois une rente d’un montant défini à l’avance, laquelle pourra servir à payer les services de maintien à domicile (aide-soignant, aide-ménager, etc.).

Aidants, si vous souhaitez réaliser des travaux dans le logement (hors travaux d’entretient, il faudra demander la permission aux nouveaux propriétaires (pose d’un monte escalier par exemple).

Le viager libre

Dans le cas du viager libre, votre proche ne fait pas valoir son droit d’usage et d’habitation, c’est-à-dire que le nouveau propriétaire peut directement vivre dans le logement (il continuera naturellement à verser la rente).

Cette solution est particulièrement intéressante si la maison de votre proche est difficile à aménager, si vous envisagez un déménagement chez vous (ou un logement plus adapté) ou si vous optez pour une entrée en EHPAD. La rente mensuelle viendra alors en complément de sa retraite pour la financer.

Attention, une fois qu’il aura quitté le logement, votre proche ne pourra plus y retourner. Pensez à bien aborder la question avec lui afin qu’il ne le vive pas comme une trahison ou un vol de son logement.

En contrepartie de la renonciation au droit d’usage et d’habitation, vous pourez généralement prétendre à une rente ou un bouquet plus élevé.

Un pari risqué et pas toujours gagnant

Si le viager paraît une solution intéressante pour financer la perte d’autonomie, il possède néanmoins quelques inconvénients.

Tout d’abord, la vente de la maison en viager est sans garantie que le bien parte au prix du marché, puisque le prix payé par l’acheteur dépend de la longévité de votre proche. Plus il vivra vieux, plus facilement le prix du logement sera finalement élevé.

Aidants, vendre la maison de votre proche en viager signifie aussi qu’elle ne sera plus dans l’héritage. Cette décision se réfléchie donc longuement avec l’ensemble des hérités, en particulier lorsque la maison à une valeur sentimentale (maison de famille).

Partagez cet article