L’autisme chez l’enfant

Accueil > Enfant > S’informer sur la pathologie > L’autisme chez l’enfant

L’autisme chez l’enfant

L’autisme est un trouble neuro-développemental complexe qui agit sur la génétique, le développement cérébral et le comportement de l’enfant. Ses manifestations sont tellement variées que l’on parle désormais de spectre autistique. Ce spectre regroupe toutes les formes et intensités de l’autisme, des plus légères aux plus lourdes.

Si actuellement, nous n’en connaissons pas les causes exactes, un certain nombre d’hypothèses, plus ou moins farfelues, ont pu être écartées scientifiquement. Ainsi, la Haute Autorité de Santé affirme que l’affection des parents n’est pas en cause, contrairement à ce qui est défendu par l’approche psychanalytique de l’autisme, pas plus que le gluten, les vaccins ou la présence de mercure dans l’environnement.

Des hypothèses plus récentes suspectent un ensemble de facteurs génétiques, neurobiologiques et environnementaux favorisant le développement de troubles chez l’enfant avant même sa naissance.

Les signes de l’autisme

À ce jour, les troubles du spectre autistique ne sont pas véritablement décelables avant l’âge de 2 ans. Vous pouvez cependant être vigilant à certains signes révélateurs de l’autisme (maillage article comment reconnaitre un enfant autiste) dès son plus jeune âge.

Ce que vous pouvez remarquer rapidement chez votre enfant est le fait qu’il ne vous regarde pas dans les yeux, ne réponde pas à son prénom ou ne cherche pas à ce que vous le preniez dans les bras. Vous pouvez par ailleurs observer une hyper ou hyposensibilité aux sons, à la lumière ou au toucher, des problèmes de communication (verbale ou gestuelle), des activités répétitives ou encore une obsession sur un sujet unique.

D’autres troubles peuvent venir s’ajouter à ces signes, comme une hyperactivité, de l’épilepsie, une déficience intellectuelle plus ou moins importante, des troubles du sommeil et des intolérances alimentaires (gluten, lactose, etc.).

Aidant, le diagnostic formel est clinique et repose sur une équipe pluridisciplinaire spécialisée dans le développement de l’enfant (aussi bien sur les plans génériques que neurologiques). En cas de doute, rapprochez-vous de votre pédiatre ou de votre médecin traitant.

Les méthodes de stimulation

L’autisme n’est pas une maladie et n’a, par conséquent, pas de traitement. Il existe cependant plusieurs méthodes éducatives visant notamment à le faire progresser dans les apprentissages de la vie courante et à renforcer son intégration sociale. Cette stimulation est généralement conduite par les spécialistes qui suivent votre enfant, n’hésitez pas à leur en parler.

La méthode ABA et ses dérivés

La méthode ABA est sûrement la plus connue et la plus utilisée pour comprendre et modifier les comportements des enfants autistes. L’objectif est de progressivement supprimer les agissements qui pénalisent l’enfant.

L’apprentissage des codes sociaux se fait principalement par le renforcement des comportements positifs. Les mauvais comportements ne sont pas punis mais ne font pas l’objet de récompense. Cette technique peut être plus ou moins intensive et repose sur la collaboration active de l’enfant et de sa famille.

Cette méthode est le socle de nombreuses autres, présentant chacune des particularités, mais se fondant toujours sur une intense participation des parents, beaucoup d’énergie et d’optimisme (programme Lovaas, DDDC, LEAP, Earlybird, Son-Rise, etc.).

La méthode TEACCH

La méthode TEACCH se veut la plus individualisée et respectueuse que possible de la personne autiste, en tenant compte de ses capacités et de son tempérament. Le postulat de départ est que l’environnement influe sur l’apprentissage, l’autonomie et le développement de l’enfant. Elle repose donc sur des espaces de vie très structurés et dédiés à certaines activités (zone de jeux, zone du goûter, zone d’apprentissage de la propreté, etc.). Ces pôles doivent permettre à l’enfant de comprendre rapidement ce que l’on attend de lui et de développer les compétences et l’autonomie désirés en fonction du lieu où il se trouve (je vais dans la salle de bain pour me laver ou je suis à table pour manger, pas pour m’amuser).

Cet apprentissage donne également beaucoup d’importance au découpage temporel. Les activités à faire sont imagées et décrites sur un support visuel, permettant à l’enfant de structurer ses temps d’activité, mais également de mesurer ses progrès.

Les situations et environnements sont amenés à évoluer tout au long de sa vie (entrée à l’école, marché du travail, etc.) en étant progressivement moins structuré afin de lui garantir la plus grande autonomie possible à l’âge adulte.

L’entrée à l’école

La scolarisation en milieu ordinaire, pour la maternelle et la primaire, est largement profitable aux enfants autistes qui apprennent, au contact des autres, les codes sociaux et les apprentissages de base (développement du langage, de l’écrit, découverte de la lecture et du monde qui l’entoure, appréhension de l’imagination, etc.)

Leur intégration et leur poursuite d’étude dépendent cependant de leurs capacités sociales et intellectuelles. Les enfants ayant des déficiences légères s’accommoderont au milieu ordinaire et pourront globalement suivre une scolarisation normale, quand d’autres auront besoin d’un encadrement plus important et personnalisé, qu’ils ne pourront trouver qu’en classe ou milieu spécialisé.

Aidants, les enfants autistes sont soumis à la procédure de scolarisation des enfants en situation de handicap. N’hésitez pas à découvrir notre article sur le sujet.

Les traitements médicamenteux et alternatifs

Si on ne soigne pas l’autisme, certains médicaments peuvent venir solutionner un trouble qui y est lié (trouble du sommeil, dépression, problème gastrique, épilepsie, etc.), améliorant ainsi le quotidien de votre enfant en complément de sa stimulation. Un enfant qui retrouvera un vrai rythme de sommeil sera plus éveillé la journée et assimilera mieux les savoirs de la journée.

Des traitements dits alternatifs sont également très répandus sur le web : régime sans gluten, sans caféine, avec des probiotiques, des vitamines, etc. Si certains sont inoffensifs, d’autres peuvent être dangereux (usage de diurétique, de paracétamol à haute dose, traitement aux métaux lourds, etc.).

Une plateforme d’aide officielle

À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, un nouveau service d’écoute et de conseils a été lancé. Autisme Info Service est un dispositif national, gratuit et confidentiel. Il aide, oriente et conseille les personnes autistes et leur entourage, famille et professionnels qui évoluent à leurs côtés.

Une équipe de professionnel est à votre disposition par téléphone au 0800 71 40 40 (appel et service gratuit) du Lundi au Vendredi de 9h00 à 13h00 et le Mardi de 9h00 à 13h00 et de 18h00 à 20h00. Vous pouvez également les contacter par tchat sur le site : www.autismeinfoservice.fr

 

Aidants, si ces interventions partent d’une bonne intention, demandez toujours l’avis des professionnels de santé.

Aidant d'un enfant en situation de handicap

Etre aidant d’un enfant en situation de handicap ou d’un enfant malade peut rapidement devenir un véritable parcours du combattant ! Labyrinthe administratif, manque d’informations pertinentes et fiables, jargon juridique pas toujours compréhensible… Avec l’Atelier des Aidants, vous ne perdez plus de temps à rechercher ce dont vous avez besoin. Nous avons centralisé pour vous l’ensemble de ces informations afin de vous épauler dans votre rôle d’aidant familial. Un sujet que vous aimeriez voir traiter ? Dites-le nous sur notre forum des aidants !