actu aidant mai

Actu aidant du mois de mai

Comme chaque mois, l’Atelier des Aidants vous propose de découvrir l’actualité qui a rythmé votre communauté d’aidants.

La dépendance : de puissants dispositifs à venir

1 français sur 6 aide quotidiennement un proche âgé en situation de perte d’autonomie. Afin de vous rassurer sur sa prise en charge, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lors du séminaire gouvernemental du 29 avril, la création d’une loi de programmation sur la dépendance.

Cette loi sera présentée à l’automne prochain. Qualifiée de « dispositif puissant », elle devra apporter des réponses efficaces quant à son financement, aux moyens organisationnels et aux formations en lien avec le risque de la dépendance.

Les proches aidants : reconnaissance et droits

La question de la reconnaissance des aidants familiaux a été évoquée par le président Emmanuel Macron lors de la conférence de presse qui a eu lieu le jeudi 25 avril. Il a déclaré : « nous devons d’abord les reconnaître, les nommer mais aussi dans nos politiques publiques leur bâtir une place, dans notre réforme des retraites leur construire des droits ». Ainsi, le président a réaffirmé sa volonté de changer la situation des 11 millions d’aidants français, en leur offrant la reconnaissance qui leur est due.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé a confirmé, de son côté, dans plusieurs émissions radio que le gouvernement proposera des possibilités de congé rémunéré et des droits contributifs à la retraite dès 2020 à toutes les personnes qui accompagnent un proche, malade, dépendant ou porteur de handicap.

Les aidants familiaux : la loi centriste aidant votée par le Parlement

Jeudi 9 mai, le Parlement a définitivement adopté la loi centriste favorisant la reconnaissance des proches aidants. Cette loi proposée par la sénatrice Jocelyne Guidez (union centriste) a comme objectifs :

  • la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des aidants, grâce à l’aménagement des horaires de travail,
  • la mise en place d’un dispositif de relayage des proches aidants par les professionnels médico-sociaux, afin de leur assurer du répit et un accès à la formation,
  • l’inclusion de l’identité de l’aidant familial dans le dossier médical partagé (DMP).

Partagez cet article